Kerkera poèsie
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-36%
Le deal à ne pas rater :
Nike Air Max 270 React – Chaussure pour Homme
102 € 160 €
Voir le deal

Le turban en argent éclaire l’Amérique

Aller en bas

Le turban en argent éclaire l’Amérique Empty Le turban en argent éclaire l’Amérique

Message  Dad Allaoua le Jeu 21 Avr - 9:35

Le turban en argent éclaire l’Amérique

Je sais ! Le monde ne changera jamais !
Je parle seulement pour éviter à l’esprit
De garder dans le silence le secret
Au cœur de ces échos continus des cris
D'enfants, emportés par la férocité
D’une civilisation guidée par le mépris
Des adultes, sur l’ombre de la destinée
Ils avancent, sous le voile de la démocratie
Ils élèvent haut l’oriflamme de la majesté
Qui dévoile bien leur mystérieux appétit.

Tout tremble à leur passage, le sable
Dorée change de couleur, le grondement
Des engins ébranlent la terre, le diable
Met le burnous, sur l’aile de l’acharnement
Il prend son envol, l’empire doit être stable,
L’Amérique est le garant, il est le puissant
Le royaume reste à l’abri, tel un able
Il se faufile dans les eaux troubles des étangs
Noirâtre pour garantir la protection fiable

D’un empire perturbé par une tempête,
Que le roi essaye de lui donner la forme
De son pouvoir par hochement de la tête,
Flous dans ses démarches, il cache sa lame,
Appauvrit le peuple, anime bien la fête
Qui rassemble autour de lui les armes,
Pour considérer la voix de sa mère un sacrilège
Et les manifestations du peuple un blasphème
Que les démocraties du monde protègent,
En réaffirmant les spécificités des problèmes.

Le roi déteste le bruit, son turban étincelant
Éclaire l’Amérique, Son pétrole se disperse
Sur le sable d’un vaste désert mouvant,
Les hiboux se taisent, on arrête les courses
Des chevaux, les flambeaux éblouissants
Du ciel s’éteignent, le peuple retrouve la force
De dire haut, le pétrole à la couleur du sang,
Cessez immédiatement cet abject commerce !

Qui érige des citadelles, où danse la reine
Dans des ambiances chaudes et étranges,
Qui sèment sur la terre des graines
Infécondes et entretiennent les cages
Des oiseaux paresseux, qu’on emprisonne
Pour ne pas entendre la voix, qui surnage
Sur les nuages que le vent emporte
Progressivement partout, même au rivage
Que les aigles en fer gardent et cernent,
Elle avance sans avoir besoin des louanges

Dad Allaoua


Dad Allaoua
Dad Allaoua

Messages : 2804
Date d'inscription : 02/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum